chiara ferragni, influencer instagram

Influenceur sur Instagram, profession ou utopie ?

0
(0)

chiara ferragni, influenceuse instagram


Bonjour les gars, aujourd’hui il est temps de faire la lumière sur l’un des sujets les plus chauds de ces années qui a conduit beaucoup de gens même du monde du spectacle à se déchaîner contre eux, nous parlons des influenceurs web Instagram.

Tout d’abord, allons dans l’ordre en essayant de répondre à votre première question ou qu’est-ce que l’influenceur web ?

L’influenceur est un professionnel né dans la dernière décennie qui fait des réseaux sociaux un véritable travail, c’est-à-dire que l’influenceur web utilise ses compétences pour attirer une grande masse d’utilisateurs au sein de ses pages sociales, notamment Instagram, Facebook, Youtube, afin d’être payé par des entreprises pour faire de la publicité auprès de ces personnes pour les produits pour lesquels il est payé.

A cet égard, il y a beaucoup de sceptiques sur cette façon de faire de la publicité, tout d’abord il est impossible d’avoir un ROI précis sur une campagne sociale, ensuite, les influenceurs n’ont pas toujours un vrai following ou un réel intérêt pour leur contenu et c’est pourquoi il faut se fier à des experts quand on décide d’utiliser ce canal pour faire de la publicité pour sa marque.

Mais les influenceurs sont surtout ceux du monde du spectacle qui voient dans l’influenceur un moyen d’afficher une popularité que beaucoup de gens recherchent désespérément mais qui, dans ce cas, n’existe pas.

Peut-être que les « vips » du monde du showbiz risquent de se voir miner un territoire jamais exploré par le commun des mortels ou tout simplement craignent de perdre de l’importance face à l’incroyable popularité qu’un nombre croissant d’influenceurs trouvent au point d’être idolâtrés par leurs followers.

</script async src= »https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js »>

Ce n’est donc pas un mystère que, sur les réseaux sociaux, les influenceurs conquièrent littéralement leurs followers avec des images et de courtes séquences de leur quotidien auxquelles les utilisateurs sont de plus en plus attachés, générant de l’engagement, ou likes, vues et commentaires, des chiffres quantifiables qui, pour les entreprises, sont la preuve de l’incroyable capacité des influenceurs à transmettre un message publicitaire à une masse de personnes.

Sur Internet, nous tombons souvent sur des articles de journaux dans lesquels il est dit que les influenceurs sont le résultat d’une défaillance du système et qu’ils disparaîtront donc aussi vite qu’ils sont nés, d’autres pensent qu’il s’agit d’une bulle prête à éclater, tout comme la bulle de Wall Street en 1929, dans ce cas, ce sont les subprimes qui ont provoqué la dégradation de l’économie américaine à l’époque et plus tard dans le reste du monde occidental, mais dans ce cas, qu’est-ce que ce sera ? Les faux suiveurs ?

Ne plaisantons pas chers journalistes, de temps en temps écrivez quelque chose qui a du sens et qui n’est pas juste pour augmenter le tirage, et surtout essayez de relater les faits sans prendre parti, mais c’est peut-être trop d’attendre la vérité des journaux.

Fermée cette parenthèse, quelle est la vérité ? Celle de l’influenceur sur Instagram est un métier ou plutôt un concept utopique destiné à s’évanouir dans la nature ?

La réponse est évidente, l’économie change, elle est de plus en plus dynamique, la mondialisation nous projette vers de nouveaux marchés en expansion continue, donc la société évolue à une vitesse inconnue avant les années 2000, et donc la publicité a aussi besoin d’innovation et de canaux 3.0 capables de toucher les gens de manière moins agressive que la publicité traditionnelle à laquelle l’utilisateur est maintenant habitué et qu’il n’accepte pas volontiers.

Nous ne pouvons pas banaliser la profession de l’influenceur en disant que c’est le travail des paresseux qui ne veulent pas travailler, car si c’était le cas nous devrions étendre le concept aux personnages intouchables du monde du divertissement qui comme nous le savons mangent peu de travail, mais nous ne pouvons pas dire la même chose de l’argent qu’ils gagnent, puisque comme nous l’avons vu sont souvent invités aux salons de D’Urso avec l’assiette à la main à la recherche de l’aumône après des années de bonne vie entre les Maldives, Monte Carlo et Via Monte Napoleone à Milan.



Nous comprenons que l’article puisse paraître un peu osé à certains égards mais il est bon de mettre en lumière les réalités transversales à celles de l’influenceur opérant sur les réseaux sociaux, mais nous en reparlerons une autre fois.

Pour en revenir à nous, ce que nous voulons dire, c’est que l’influenceur est désormais une réponse au changement de la publicité dans une société désormais lassée de cette dernière, qui passe du cinéma, des panneaux publicitaires à la boîte aux lettres.

La publicité sur Instagram générée par l’influenceur est moins agressive et les utilisateurs l’acceptent parce qu’ils voient dans l’influenceur ou dans la personne qu’ils suivent une sorte d’ami qui leur raconte son quotidien qui ne correspond pas toujours à la belle vie dans les îles Vierges de la mer des Caraïbes que beaucoup de gens pensent, et donc les utilisateurs acceptent non seulement que leur ami obtienne une récompense de ses histoires et de ce qu’il fait, mais ils acceptent même la publicité de l’influenceur comme un conseil qui se traduit pour les marques par un taux de conversion beaucoup plus élevé que la publicité conventionnelle.

Un exemple de ce que nous venons de dire est la marque de Daniel Wellington qui a fait des réseaux sociaux son as dans le trou pour amener son entreprise à facturer en 5 ans environ 180 millions d’euros grâce aux campagnes sociales des influenceurs, aboutissant à l’entreprise privée en Europe avec le plus haut taux de croissance, égal à 4,7% trois ans.

C’est la raison pour laquelle les influenceurs sont appelés ainsi, car ils sont capables d’influencer les choix économiques de leurs utilisateurs et donc des consommateurs dans un monde qui est maintenant fatigué de la publicité.

Mais d’un autre côté, il est également vrai qu’il y a ceux qui abusent de cette capacité pour générer des profits, en effet, il y a beaucoup d’influenceurs qui, pour gagner de l’argent, acceptent des collaborations avec des marques de peu de valeur qui offrent aux followers un service ou un produit de mauvaise qualité.

À cet égard, il est bon de rappeler que les influenceurs sur Instagram, mais aussi sur d’autres réseaux sociaux, devraient toujours accepter des collaborations avec des marques qu’ils se sentent vraiment capables de représenter, car en accord avec leurs propres goûts, et refuser au contraire les collaborations avec des marques fausses ou qui peuvent même nuire à leur public, trahissant ainsi leurs followers en échange de quelques centimes.

Pour les plus sceptiques, nous vous rappelons également que récemment est né un nouveau cours d’études pour obtenir un diplôme en « Influenceur », conçu par l’université télématique e-Campus, s’agit-il d’une première réponse de la société au changement ou simplement d’un brillant coup de marketing de l’université en question pour obtenir de la visibilité gratuitement et un plus grand nombre d’inscriptions ? A vous la réponse ! 😉

Merci d’avoir lu cet article sur les influenceurs des réseaux sociaux, si vous l’avez trouvé intéressant partagez-le avec vos amis en utilisant les boutons sociaux ci-dessous, et laissez un like sur notre page pour ne pas manquer les nouveaux articles intéressants que nous préparons pour vous, à bientôt !

Corrado Firera – CF’s Magazine


How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

As you found this post useful...

Follow us on social media!

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.